Saint Servatius d’Arménie, premier évêque de Maastricht

15,00

En stock

De tous les saints arméniens (ou réputés tels) Servatius est un cas unique. Il s’agit même d’un cas exceptionnel dans l’histoire de tout le Moyen Âge occidental. Né dans le royaume de Grande-Arménie au début du IVe siècle, au sein d’une lignée seigneuriale peu connue, il s’allia à Athanase, le grand évêque d’Alexandrie et défenseur de l’Orthodoxie. Il participa à plusieurs conciles importants, soutint l’Alexandrin lors des disgrâces de ce dernier en Occident, et fut le premier évangélisateur orthodoxe reconnu des peuples germaniques du nord de l’Empire romain, notamment des Tongriens.

Il mourut à Maastricht dont il fut le premier évêque, et depuis lors son culte ne fit que croître. Encore locale au VIe siècle, sa vénération prit son essor sous les Carolingiens et devint centrale sous les Ottoniens. Les empereurs Otton Ier et Otton II passaient les deux principales fêtes de l’année dans deux monastères qui lui étaient dédiés : Noël et Pâques… Son aura était si universel qu’il fut même comparé à saint Pierre lui-même, qui lui aurait donné une des clés du Paradis, devenue son principal attribut. Cet Arménien a si profondément marqué l’histoire des Pays-Bas, que la première œuvre de la littérature néerlandaise est Sint Serveas Legende (la Légende de saint Servatius) d’Henrik van Veldeke, vers 1180.

Les deux auteurs travaillent depuis dix ans sur les Arméniens qui ont quitté leur pays durant l’Antiquité pour être des vecteurs de culture et de civilisation dans le monde Antique. Malgré le décès de Georges Khayiguian en 2006, Maxime Yevadian, qui enseigne à l’Université Catholique de Lyon et à Lyon II, a achevé ce premier livre destiné au plus grand nombre.

Poids 0.904 kg
Dimensions 21 × 21 × 2.5 cm
Pagination

132 pages

Finition

Reliure cartonnée, cahiers cousus collés, intérieur quadri (couleur)

Auteur(s)

,

Date de parution

Avril 2012

Éditeur

ISBN

978-2-9527318-81